Accueil > Actualités et luttes > "Ministère fort" > [intersyndical] Répression antisyndicale : CAP disciplinaire Anthony 21 (...)

[intersyndical] Répression antisyndicale : CAP disciplinaire Anthony 21 juillet - grève et rassemblement à Paris

Le ministère du travail a décidé de poursuivre son action folle de répression et d’acharnement à l’encontre de notre collègue, Anthony Smith, inspecteur du travail de la Marne, en le convoquant, après deux mois et demi de suspension, devant la commission administrative paritaire qui se réunira en formation disciplinaire le mardi 21 juillet prochain.

Dans le tract ci-dessous, vous lirez ce qui est reproché à notre collègue Anthony selon le ministère, dans un spectaculaire renversement de responsabilité, au nom de supposés intérêts économiques et sociaux, qualifiés d’intérêt général par la DGT, qui autoriseraient toutes les pressions et ingérences, extérieures comme internes, en contradiction avec les principes d’indépendance garantis par la convention n°81 de l’Organisation internationale du travail (OIT).

Vous y découvrirez également les agissements et ingérence de la RUD de la Marne et comment elle a, à l’insu d’Anthony, contacté les entreprises contrôlées et engagée une médiation afin de lever l’alerte pour danger grave et imminent sur lequel il intervenait, conseillé à l’employeur de ne pas répondre aux demandes d’Anthony et demandé sa suspension après avoir appris par l’employeur qu’il avait décidé de saisir le juge en référé afin de le contraindre à prendre des mesures de protection au bénéfice des salarié-es.

Vous y trouverez également une chronologie précise – et édifiante – des faits.

La hiérarchie, plutôt que de protéger son agent, s’est exécutée, avec l’appui de la directrice régionale et de l’encadrement supérieur du ministère.

Au-delà même de la personne d’Anthony, cette affaire nous concerne tous et toutes

Elle illustre, sur fond de collusion de l’administration avec le patronat et les hiérarques locaux, les atteintes à l’indépendance des inspecteur-trices du travail et les entraves régulières apportées à l’exercice de leur mission. L’inspection du travail dérange parce qu’elle a encore pour rôle de veiller au respect des quelques règles permettant de rendre la condition de l’exploitation salariale un peu moins précaire, moins dangereuse, contre l’extrême violence des rapports sociaux au travail où les travailleurs continuent de mourir, dans l’indifférence quasi générale, sur l’autel du profit de quelques-uns.

Ce qui est cependant relativement nouveau, c’est que ces pressions sont aujourd’hui de plus en plus fréquemment relayées en interne, de façon totalement décomplexée, par la hiérarchie avec la bénédiction de l’administration et du ministère du travail. Pendant la crise sanitaire, l’action des inspecteur-trices du travail – devenu-es malgré eux les VRP de la doctrine sanitaire mouvante du gouvernement – s’est vue entravée et paralysée comme jamais auparavant.

Contrairement à ce que cherche à faire croire le ministère du travail, notre collègue n’a pas outrepassé ses prérogatives. Il s’est contenté de faire son travail en essayant de faire appliquer le code du travail, et notamment la mise en œuvre de mesures de protection collective (télétravail) et individuelle (port d’EPI).

Au contraire, c’est la RUD, la DIRECCTE et le DGT qui ont violé leurs obligations déontologiques en relayant les pressions d’une entreprise et d’un homme politique et en donnant suite à leur demande de sanction pour faire obstacle à un contrôle d’un inspecteur du travail. C’est la RUD, la DIRECCTE et le DGT et non notre collègue qui doivent être sanctionné-es pour leurs manquements à leurs obligations professionnelles !

Les organisations syndicales signataires exigent la réintégration immédiate d’Anthony Smith dans ses fonctions et l’abandon de toute poursuite à son encontre

Nous appelons toutes et tous les agent-es à se mobiliser contre cette procédure infâme qui vise en fait à mettre au pas l’ensemble des agent-es de l’Inspection du travail.

Nous appelons à la grève et à participer au rassemblement le 21 juillet 2020 à Paris à partir de 12h30 devant la DRH du ministère du travail où est convoqué le conseil de discipline.

Nous invitons les collègues à se réunir pour décider des façons de manifester collectivement leur refus de cette procédure inique (rétention des remontées chiffrées, non-participation aux réunions de service, etc.).

Les collègues qui ne l’ont pas encore fait peuvent toujours continuer à signer la tribune d’agent-es du ministère du travail (objectif 1500 signatures jusqu’à la CAP !) :
http://framaforms.org/appel-dagent-es-du-ministere-pour-le-retrait-de-la-procedure-disciplinaire-contre-anthony-et-en-1

PDF - 412.5 ko
tract CAP anthony smith


Article publié le vendredi 10 juillet 2020